Les genres de l'Imaginaire



Voila une chose bien difficile de différencier les « genres de l'imaginaire ». En France, en littérature, il y en a quatre : le merveilleux, le fantastique, la fantasy et la science-fiction. Dans le cinéma le merveilleux est inclus dans la fantasy. La  littérature et le cinéma serviront de base, mais ici on parle surtout de ces genres dans le cadre des animes et des mangas, il y a donc des différences.
En plus, la SF (surtout dans l’animation japonaise) étant un gros morceau on verra ça une autre fois.
 

1) Le Merveilleux

Le Merveilleux est un genre littéraire où le surnaturel se mêle à la réalité et est accepté par nous et les personnages. Il s'inspire directement de la tradition orale et son imaginaire (les fées, les sorcières, les démons,…) et des croyances (interventions de Dieux ou de divinités, malédictions…).
Par exemple pour les Anciens, l'intervention des dieux (dans l'Épopée par exemple) était acceptée comme normale (merveilleux païen) ; pour les chrétiens il s'agit des anges, des démons, des saints et leurs dons miraculeux (merveilleux chrétien).
La forme la plus populaire rattachée au merveilleux est le conte de fée, mais également le mythe, la fable, la légende, et l'épopée.
 
Les aventures des héros sont initiatiques et racontent l'évolution de leur esprit. Le conte merveilleux a un but d'enseignement. Par les contes, on veut expliquer les bons comportements à adopter et on explique quelles seront les punitions pour les mauvais, le tout de manière métaphorique. Par exemple, celons certaines interprétations, le conte de Blanche-Neige doit faire comprendre aux petites filles qu'il faut qu'elles fassent dignement les tâches ménagères afin d'être récompensées en épousant un bon mari (ça date de 1812). D'autres interprétations expliquent que le conte décrit les étapes de la puberté chez la jeune fille...
 
Dans le monde de l'animation le merveilleux est surtout associé aux dessins animés de Walt Disney, avec par exemple Blanche-Neige (1937), Cendrillon (1950), Alice au pays des merveilles (1951). Du côté du Japon je pense surtout à certains films de Ghibli : Kiki la petite sorcière, Princesse Mononoké ou encore (et surtout) Le Conte de la princesse Kaguya (tiré du conte « Kaguya-hime »). Mais généralement ils utilisent plutôt la Fantasy ou le Fantastique.
 
L'éditeur nobi nobi! propose une collection de livres de contes, on y trouve par exemple:
« Kaguya - Princesse au Clair de Lune » (Inspiré du conte Kaguyahime)
« Urashima Taro au royaume des saisons perdues » (Urashima Taro)
« Kotori - Le chant du moineau » (Shita-kiri suzume )
 
Petite précision, la classification francophone des genres littéraires fait la distinction entre Merveilleux et Fantasy, mais pas les anglo-saxons qui regroupent les deux genres en un. Ce qui explique également que le terme n'est pas vraiment utilisé pour parler des mangas et des animes.

Les personnages
Les personnages des mondes du Merveilleux appartiennent à une société figée (en règle générale de style féodale), où ils sont définis par leur place (le Roi, la Reine, le prince...).
Si en occident les fées, ogres, trolls, elfes, et animaux parlants sont particulièrement typique, au Japon le « bestiaire » et évidemment très différents. L'occident s’inspirant surtout des mythes et légendes Nordique, Celte, grecque, romaine, slave et de la religion chrétienne. Alors que le merveilleux japonais lui est fortement influencé par la religion shinto,  le bouddhisme, ainsi que par les mythes et légendes chinoises et indiennes (via la Chine). On y trouve donc les « kami » (dieux), les yokai (esprits et monstres comme les kappa et tengu), les yurei (fantômes), dragons et animaux dotés de pouvoirs surnaturels (et souvent capable de prendre forme humaine), comme le renard, le tanuki, etc...

Pour qu'une œuvre soit considérée comme du Merveilleux, il faut :
Des personnages stéréotypés (un héros courageux, une princesse, ...)
Un schéma narratif simple
Des événements surnaturels
Une histoire se déroulant dans notre monde
Une temporalité et une situation géographique imprécises (le fameux « Il était une fois, dans un pays lointain… »)


2) Le Fantastique

Dans le cinéma, et l'animation, le fantastique regroupe les œuvres faisant appel au surnaturel, à l'horreur, à l'insolite et aux monstres. L’intrigue se fonde sur des éléments irrationnels, ou irréalistes. Pour faire simple le fantastique introduit des éléments surnaturels dans le quotidien pour nous faire douter de la réalité du monde.
 
Le merveilleux et le fantastiques peuvent paraître très proche, mais la différence fondamentale est la réaction face au surnaturel. Dans un récit merveilleux, le surnaturel est accepté comme normal et banal. Personne ne s'étonnera par exemple d'un animal qui parle, d'un dragon, ou d'un dieu se mêlant aux hommes.
Le fantastique lui est ancré dans la réalité. L'événement surnaturel n'est pas admis comme tel; il crée chez nous, et chez le/les personnage(s), une hésitation. Un exemple parlant serrait probablement Higurashi (surtout la saison 1).
 
Bien que représentant un genre à part entière, la science-fiction peut parfois être rattaché au fantastique, si l’œuvre met en scène des faits considérés comme impossibles du point de vu des lois naturelles de notre univers. Par exemple Steins;Gate (remonter le temps avec un micro-onde) et Code Geass (le pouvoir du geass) seraient du genre fantastique, alors que Planetes et Ghost in the Shell seraient de la « vrais » SF.

Caractéristiques du genre
Le fantastique se défini donc comme étant l'intrusion d'un fait irréaliste dans un cadre réaliste. Il se distingue par l'hésitation qu'il provoque entre le surnaturel et le naturel, le possible et l'impossible, le logique et l'illogique.
Cette intrusion se fait toujours dans un environnement donné pour réel, dont l'irruption d'un élément anormal fait contraste et justifie son caractère fantastique, sans que l'élément n'appartienne forcément au surnaturel. Il peut être simplement monstrueux comme les zombies de Highschool of the Dead, ou inexpliqué comme dans AnoHana ou Clannad par exemple. En gros ça doit donner une impression de « Tout était normal... quand soudainement... », ou de « Tout semble normal mais... ».
 
Les frontières du fantastique sont floues. Le genre est proche du merveilleux, de la fantasy, de la science-fiction et de l'horreur. D’ailleurs il n'existe pas dans la liste des genres cinématographiques hollywoodiens, qui lui préfère le terme de «cinéma d'horreur». Alors aux USA les animes et mangas fantastiques n'existent pas, ils sont classés comme fantasy, horreur, ou encore comme surnaturel. En France c'est l'inverse, le terme Fantasy est peu utilisé. Généralement la fantasy est simplement regroupé dans le fantastique, on utilise aussi souvent le terme « aventure ».
 
Ce genre exploite des thèmes qui favorisent la confusion tels que le rêve, la folie, le dédoublement de personnalité, le complot, … (Death Note, Ajin, Another, Higurashi)
La peur est souvent présente, que ce soit chez le héros ou dans une volonté de provoquer l’angoisse chez nous ; mais ce n’est pas une obligation. C'est aussi le genre de la souffrance, de la folie, et de l'échec. Mais généralement dans ces situations on parle plus d'animes « psychologiques ».
 
La psychanalyse interprète volontiers le fantastique comme l'expression de désirs sexuels inavouables. Par exemple la sorcellerie serait équivalente à la nymphomanie, et le vampirisme au sado-masochisme. Mais cet aspect concerne plutôt le surnaturel en général et je ne vais pas m’attarder sur le sujet. Mais une petite pensée pour les magical girls et les tentacules, ainsi que les lolis reines des vampires tout de même.
 
Pour donner quelques exemples:
-Kamisama Hajimemashita: Suite à un événement le personnage principal côtoie soudainement des êtres surnaturel (aussi bien pour nous que dans le monde de l'anime). Il s'agit donc du fantastique avec introduction du surnaturel dans le quotidien
 
-Natsume Yuujinchou : Le personnage principal voit depuis toujours les Yokai, qui sont des créatures du folklore japonais. Mais comme il s'agit d'un cas anormal (comprendre que les humains normaux ne peuvent voir les yokai) il s'agit du fantastique.
 
- Higurashi : Tout semble normal mais...
 
Pour qu'une œuvre soit considérée comme Fantastique, il faut :
-Une hésitation, de nous et/ou des personnages, à se décider pour une explication naturelle ou surnaturelle
-Un fait irréaliste dans un monde réaliste


3) Horreur

Pour le philosophe Éric Dufour, le cinéma d'horreur se distingue du fantastique à la structure narrative des films. Le fantastique, fait progresser l'action de sorte que la situation initiale du récit est modifiée par l'action des personnages. Alors que dans le film d'horreur la situation du récit ne se modifie pas en dépit de l'intervention des protagonistes. Les événements demeurent bloqués et donnent une impression de répétition du fait que la situation ne connaît aucune progression narrative entre le début et la fin.
L'autre critère qui distingue les deux genres, vient de la manière dont les films se concluent. Dufour (se basant sur Lenne), définit le fantastique comme le combat de l'ordre contre le désordre, dans le fantastique la fin ne peut aboutir qu'à la victoire du premier sur le second, il se finit bien, là où un film d'horreur lui, ne se finit pas.
Another me semble illustrer parfaitement cette idée.
 
Pour qu'un anime/manga soit considéré comme d'horreur pas besoin de réfléchir autant. Il suffit qu'il inspire la peur ou la répulsion, avec une ambiance pesante et sombre, du gore et des situations glauques. On y retrouve donc aussi bien Shingeki no Kyojin (L'attaque des titans), que Shinsekai yori, Higurashi, Hellsing ou encore Highschool of the Dead.


4) Psychologie

Un anime/manga est dit « Psychologique » s'il fait réfléchir sur la question du "Bien" et du "Mal". Les sujets abordés sont souvent lourds et sérieux. Ces œuvres sont dédiés à un public mature qui souhaite méditer sur des questions complexes concernant l'éthique et la morale humaine.
 
Les styles utilisés sont très variés, on a par exemple :
Re:Zero = Fantasy
Boku dake ga Inai Machi (Erades) = Fantastique / Mystère
Mahou Shoujo Madoka★Magica = Magical Girl
Neon Genesis Evangelion = Science fiction / Mechas
Higurashi no Naku Koro ni = Fantastique / Horreur
Monster = Fantastique / Thriller


5)La Fantasy

Ce genre est au départ typiquement anglo-saxon, et non fantasy n'est pas une simple traduction de fantastique. De par sa nature très diversifiée, il est difficile de donner une définition complète et précise, d’ailleurs il n'existe à l'heure actuelle aucune définition qui fasse l’unanimité.
Dans la fantasy, comme dans le merveilleux, le surnaturel (qui relèvent souvent du mythe) est accepté, voire utilisé pour définir les règles d'un monde imaginaire. Ça distingue la fantasy du fantastique où le surnaturel fait intrusion, et de l'horreur où il suscite peur et angoisse. Les thèmes abordés sont souvent des voyages initiatiques ou des quêtes épiques. Par exemple le mythe arthurien a largement inspiré une bonne partie de la littérature fantasy.
 
C'est au début du XXe siècle que sont apparu les premières œuvres que l'on peut qualifier de pré-fantasy telles que Le Magicien d'Oz de Franck L. Baum (1900) ou encore Peter Pan de James M. Barrie (1911). Mais c'est en 1955, avec le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, que la fantasy prend un tournant décisif. Cet ouvrage est d'ailleurs considéré par beaucoup comme l’œuvre ayant fondé la fantasy moderne.
 
Le point commun de nombreuse œuvres de fantasy est qu'elles se déroulent dans des mondes parallèles au notre, ou dans des contextes qui peuvent rappeler un lointain passé (souvent s'inspirant du Moyen Âge ou de l'Antiquité), avec leurs créatures imaginaires, leurs mythes, leurs épopées et leur magie. Mais ce n'est pas le cas de tous les sous-genres de la fantasy. Par exemple, la « fantasy urbaine » se caractérise par son cadre contemporain, on encore la « space fantasy » qui mélange technologiques futuristes et thèmes propres à la fantasy.
 
Petite précision, compte tenu de la troisième loi de Arthur C. Clarke, selon laquelle « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie », la frontière entre fantasy et science-fiction  n'est pas évidente à définir.
 
Dans le cinéma du genre "fantasy" et l’équivalent du merveilleux.
 
Du côté de l'animation japonaise, la fantasy japonaise est connu du grand public par les œuvres du studio Ghibli, en particulier ceux de Hayao Miyazaki, qui s'inspire du folklore japonais, et apporte ainsi de la nouveauté. Mais il y a de nombreux autres animes et mangas de Fantasy très populaire. Que ce soit One Piece, Fairy Tail, L'attaque des titans, Dragon Ball, ou encore Sailor Moon.
On  peut noter que de nombreuses œuvres s’inspirent du folklore et des légendes occidentales.  Comme par exemple, « Fullmetal Alchemist » qui parle d'alchimistes et de la pierre philosophale, « Les Chevaliers du Zodiaque » (1986) avec la mythologie grecque. Ou encore « Ulysse 31 » (1981), qui mélange space-opéra et mythologie, en transposant l’Odyssée au 31ème siècle (ap. J.-C).
 
A savoir qu'au Japon ils parlent facilement de «fantasy» dès que histoire se déroule dans un univers de style européen. Ça leur permet de créer un style européen fantasmé, mélangeant Europe médiévale et monarchique, ainsi que des éléments de plusieurs pays. Ils aiment aussi reprendre certaines figures historique Européenne, en les adaptant à leur façon.

Créatures récurrentes
D'un cycle de fantasy à l'autre, on trouve des créatures imaginaires récurrentes. Elles ont largement contribué à la construction des clichés du genre : barbares, elfes, dragons... La grande majorité des créatures récurrentes des œuvres de fantasy provient des mythologies antiques, de l'imaginaire médiéval, des contes, du  folklores des différentes régions du monde, et enfin des premiers univers marquants du genre, en particulier la Terre du Milieu de Tolkien.
 
La fantasy est un genre fortement marqué par des archétypes ; qu'il a tendance à reproduire afin de satisfaire l'attente du public, au risque de les changer en clichés. Cela peut expliquer la tendance de la fantasy à se parodier elle-même via la fantasy humoristique (light fantasy).
Mais ces archétypes fournissent aussi une base à partir de laquelle le genre se développe en prenant ses distances par rapport à ses composantes habituelles.
Par exemple dans « Maoyuu Maou Yuusha » (2013), la  reine des démons s'allie avec un héros venu la tuer pour mettre fin à la guerre, et améliorer la vie des humains. Au lien de vouloir conquérir le monde. Ou encore « Junketsu no Maria » (2015), qui présente les Saints comme des êtres froids et cruels, qui manipulent les humains. Alors que la sorcière Maria veut apporter la paix.

Pour qu'une œuvre soit considérée comme de la Fantasy, il faut :
-Un univers créé de toute pièce, ou clairement une dimension parallèle.
-Une acceptation pleine et entière de la magie, il n'y a pas de doute quant à son existence réelle.

Les sous-genres de la fantasy
La fantasy est composée de nombreux sous-genres dont les définitions évolues constamment et  varient beaucoup en fonction des personnes, des milieux, des époques, et des pays.
Parmi les classements anglo-saxons les plus connus figure la distinction proposée par plusieurs universitaires américains entre deux catégories de fantasy :
-La high fantasy, qui se déroule exclusivement dans un monde imaginaire (Fullmetal Alchemist, Nanatsu no Taizai)
-La low fantasy, dans laquelle un monde imaginaire communique avec le monde « normal » (Gate, Zero no Tsukaima). Les œuvres comme Re:Zero, Kono Subarashii ou No Game No Life, où des humains se retrouvent dans un monde de fantasy rentre probablement dans cette catégorie. Par contre, pour Sword Art Online il s'agit de science-fiction.
Comme dit avec le Merveilleux, la classification francophone des genres littéraires fait la distinction entre Fantasy et Merveilleux, contrairement aux anglo-saxons qui regroupent les deux en un. Les différents sous-genres présentée ici viennent de la classification anglo-saxonne.
-Le médiéval-fantastique, dont les univers s'inspirent librement du Moyen Âge (Berserk, Claymore)
-La fantasy historique, qui réinvente des époques précises en y mêlant des éléments de fantasy (Katanagatari, Junketsu no Maria)
-La fantasy arthurienne, héritière de la légende arthurienne (Seven Deadly Sins)
-La fantasy urbaine, caractérisée par son cadre contemporain et souvent urbain (Gate, Hataraku Maou-sama!, A Certain Magical Index)
-La fantasy orientale, dont les univers exotiques évoquent l'Orient ou l'Asie (Les Douze Royaumes, Saiunkoku Monogatari)
-La fantasy animalière, où les personnages principaux sont des animaux anthropomorphisés. (Kemono Friends, Gokicha).
-La fantasy mythique, particulièrement proche des mythes et des contes, et donc du merveilleux (Princesse Mononoké, Spice and Wolf)
-La science fantasy, qui combine des éléments de science-fiction et de fantasy  (Fullmetal Alchemist, Code Geass)
-La space fantasy, qui déplace l'univers de la fantasy dans l'espace et sur d'autres planètes. L'intrigue se situent en partie dans l'espace, avec des technologies futuristes. Mais comporte en plus des éléments surnaturel, comme de la magie ou des créatures fantastiques. On y trouve souvent une forte influences des contes et de la mythologie, et se présente comme un parcours initiatique tiré de la fantasy. (Ulysse 31).
Dans le monde des animes et des mangas il est également important de citer :
-La Game Fantasy : Fantasy avec des éléments de RPG, tels que niveau, statut, compétence, roi démon, quête... (DanMachi, Kono Subarashii)
-La fantasy romantique  : Qui se concentre plus sur les relations sociales et amoureuses. Souvent, mais pas toujours, l'histoire est centrée sur une histoire d'amour qui inclut des éléments de fantasy. (Akatsuki no Yona, Akagami no Shirayuki-hime)
Il y a également plusieurs sous-genres selon le ton adopté :
-La light fantasy, ou fantasy humoristique, qui parodie les thèmes des autres sous-genres en utilisant l'absurde (Hataraku Maou-sama!, Kono Subarashii ).
-La dark fantasy, sombre et pessimiste, qui préfère des univers et des récits sombres où le bien ne triomphe que rarement ou alors avec un prix à payer élevé (Berserk, L'Attaque des Titans)
-L’heroic fantasy, qui se concentre sur des héros solitaires (Slayers, Magi: The Labyrinth of Magic)
 
 

Date de dernière mise à jour : 07/02/2018

Ajouter un commentaire